Mes découvertes mangas 2015, le dessus du panier

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubOyé ! Oyé ! L’année 2015 étant close, je me décide de tenter une petite rétrospective de mes lectures manga de cette année. Je sais que pendant cette période on peut trouver tout un tas de bilan manga ou autre top manga de l’année, des fois sacrements bien fait à l’instar de nos amis de Nostroblog Les nouveautés manga de 2015 en 7 thématiques, qui ont fait un article super complet. Mais là, je dédierai cet article à mes découvertes, c’est-à-dire aux mangas que j’ai eu la chance de lire cette année et ce, malgré le fait qu’ils soient plus ou moins anciens. Je préviens tout de suite, la cadence des sorties mangas chaque année rend impossible pour moi d’acquérir tout ce que je voudrais et de par ce fait j’ai accumulé pas mal de retard sur les différentes perles sorties ces dernières années. C’est pourquoi les titres présents dans cette rétrospective ne sont pas tous de 2015.

Pour commencer, mon année 2015 a rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubété marquée par un auteur, Usamaru Furuya. J’ai découvert quelques titres de celui que j’ai placé dans mon top 5 auteurs préférés, c’est donc avec le manga La Musique de Marie que je suis rentrée dans son univers si riche. Dans cette ode à la paix, ou le progrès technologique n’est pas envisagé, comme s’il était source de problème, on suit Kaï un jeune orphelin qui a le don de voir Marie. Marie est une divinité mécanique flottant au-dessus de leur pays, elle joue une douce musique envoutante que seules quelques personnes peuvent entendre. Entre remise en question de l’utilité du progrès technologique et censure maquillé, ce manga est un conte merveilleusement dépaysant.

Du même auteur avec une thématique nettement plus sombre, Le Cercle du Suicide est aussi passionnant que flippant. Voir cette jeunesse malade psychologiquement au point d’organiser des suicides collectifs vous donne de quoi réfléchir sur comment comprendre les ados. Une critique plus complète se trouve ici Le Cercle du Suicide.

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubLe troisième et dernier titre de l’auteur que j’ai pu découvrir est Litchi Hikari Club. L’univers de ce manga en fait un de mes préférés de l’année, Zera le chef tyrannique et manipulateur d’un groupe de jeunes collégiens appelé Litchi Hikari Club fait régner le dogme de ce groupe d’une main de fer. La perfection esthétique est le maître mot de ce groupe et ce club arrive à créer un robot à forme quasi humaine dont le but est de ramener des filles dans leur repère. Peu importe les moyens pour arriver à leurs fins, ici les jeunes sont souvent violents, ce manga rappelle étrangement Orange Mécanique de Stanley Kubrik et allie habillement les thématiques de Frankenstein avec le désir d’être un vrai humain du robot et le despotisme employé dans le nazisme par Zéra. Interprétation d’une pièce du Tokyo Grand Guignol, la violence, l’érotisme, l’homosexualité et les trahisons sont des pièces maîtresses présentes ici. IMHO, on attend la suite 😉 !

Mind Game ! Connaissez-vous ce nom ? Dans un pavé de 300 pagesrétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari club on y retrouve Nishi un jeune dessinateur un poil loser. Amoureux de Myon depuis plusieurs années mais séparé d’elle par un déménagement, il la retrouve dans le bar de son père. Etant criblé de dettes, il décide régulièrement de s’enfuir laissant tout sur place. Ce fameux soir Nishi est dans le bar et des yakuzas débarquent afin de retrouver le père de Myon. Evidemment ça tourne mal et Nishi meurt, heureusement que ça ne s’arrête pas là, par un mystérieux événement métaphysique Nishi revient juste avant sa mort et retourne l’arme de son bourreau contre lui. S’en suit une course poursuite effrénée qui se finit…dans le ventre d’une baleine ! Vous avez dit WTF ? Et bien c’est ça car la suite est totalement déjanté mais nous laisse réfléchir sur l’importance de dévoiler ses sentiments et sur la nature du vrai bonheur. Bref des péripéties improbables, dynamiques et qui se laissent lire sans modération !

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubOn reste dans le WTF avec un titre de la collection du même nom chez AKATA, Ladyboys VS Yakuza est un titre vulgaire, bizarre, mais bon ! Le garde du corps d’un chef Yakuza doit s’occuper de la protection rapprochée de sa femme et de sa fille, chose qu’il fait très bien car il finit dans le lit de l’une puis de l’autre. Bien entendu le patron s’en aperçoit et commence sa vengeance. Première étape, capturer le malotru, deuxième étape, lui faire subir toute une batterie d’opérations ayant pour but de le métamorphoser en femme. A son réveil le garde du corps est devenu une véritable bombe, mais la vengeance ne s’arrête pas là. Ayant acheté une île, le vengeur décide d’y laisser les plus dangereux criminels sexuels du Japon et d’y lâcher notre protagoniste. Le but pour lui est de survivre, le but des autres est de le violer pour être libéré. Ce manga est un survival game complètement barré, très porté sur le cul et assez explicite d’ailleurs. Les dessins sont remarquables, pas par la finesse des traits mais par les visages de tous ces types, les mimiques sont excellentes, on a le droit à un éventail de grimaces et autres sales gueules qui feraient pâlir de jalousie l’ensemble des personnages de manga du genre. On est donc en présence d’une originalité incroyable pour public averti.

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubChez le même éditeur, j’ai eu de bonnes lectures avec Les Pommes Miracle et Je reviendrai vous voir, ce ne sont pas les titres de l’année pour sûr, mais l’engagement d’AKATA avec cette collection à vocation « écolo » m’intéresse et je m’y retrouve. De même que Colère Nucléaire que j’ai un poil moins apprécié pour l’histoire, mais qui est tout aussi intéressant avec cette flopée d’informations et son ton bien retranscrit par le titre. J’attends la suite de cette collection avec impatience en 2016.

J’ai récemment eu la chance de lire Prisonnier Riku rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubdont j’entendais beaucoup de bien. Pour l’histoire, il s’agit d’un garçon de 13 ans, Riku, qui finit en prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Dans ce monde une météorite a frappé leur ville et la zone touchée finit « en quarantaine » quelques années plus tard. La bas, la loi du plus fort fait rage et on peut voir tout type d’inégalité entre l’intérieur des murs et l’extérieur. La prison en question y enferme tous les criminels de la zone. Un bon mélange de Prison Break et de Naruto dans ce shonen d’action violent où la torture y est tout aussi bien physique que psychologique. Le coté Naruto réside dans l’entêtement qu’à Riku dans sa façon d’être, c’est son nindo à lui. Avec un manga bien rythmé et divertissant à souhait AKATA a un bon poulain dans son écurie.

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari club

Il y a des mangas rares, rares dans l’ambiance créée, rares dans la simplicité du scénario mais également dans l’intensité de celui-ci, n’oublions pas les émotions que certains mangas peuvent donner. Solanin en est un, je ne suis pas du genre pleurnichard mais ce manga peut se vanter de m’avoir pris aux tripes un peu comme le fait Le Tombeau des Lucioles. Inio Asano arrive en deux tomes à nous immerger complètement dans le quotidien de ce jeune couple et quelque part l’identification qu’on pourrait faire fait son effet. Une petite perle qui doit être lu et qui est trop méconnu du grand public. On veut plus de titre comme celui-ci !

On reste dans le Slice of life avec un manga de rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubTayou Matsumoto (Amer Beton, Ping Pong…), Sunny. Ce titre rentre facilement dans mon top 2015 (en réalité je n’ai pas de top 2015), le quotidien de cette maison d’accueil est prenant, vivant, drôle, parfois triste et émouvant. On peut décrypter tous les sentiments et émotions du genre humain par le prisme de ce joyau. Le graphisme est reconnaissable entre tous pour ceux qui connaissent l’auteur. La griffe Matsumoto si particulière est agréable à lire et les garnements qu’ils nous présentent sont attachants mais parfois agaçants, bref on a affaire à des enfants et les voir se ressourcer dans leur Sunny (c’est une marque de voiture) nous rappelle que les plaisirs simples et l’imaginaire sont parfois suffisants ! L’histoire racontée ici est une fois de plus simple mais efficace et profonde.

minetaro mochizuki chiisakobe le lézard noirUn autre manga a frappé fort en 2015 c’est Chiisakobé édité chez le poitevin Le Lézard Noir, il ressemble à Sunny sur certains points notamment avec le fait qu’il y ait des enfants orphelins présents dans l’œuvre ce qui ajoute un dynamisme certains à une œuvre plutôt calme. La sobriété du manga est un de ses points forts avec des dessins épurés mais dans lesquels résident une précision d’horloger suisse. La thématique principale de cette adaptation est l’évocation de ses sentiments et la difficulté qu’il peut y avoir à en faire part aux personnes concernées. C’est donc avec notre charpentier préféré au look hipsterien plus proche du Yéti que du terrien (attention jeu de mot !) que nous voyons tout ce beau monde évoluer dans un quotidien semé d’embuches mais tous possédés par la volonté de se relever comme sait si bien le faire le peuple nippon.

La volonté de certains, c’est plutôt de disparaître, dans rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubSangsues, les catégories de personnes représentées font partie des « évaporés ».  Ces gens ne donnent plus de signes de vie du jour au lendemain, on ne sait pas s’ils sont morts, par suicide ou par accident. C’est un phénomène typiquement nippon, parfois ils choisissent de quitter ce système sociétal si pathogène pour eux. Dans Sangsues on est sûr d’une chose, c’est que c’est un choix de vie pour eux, les gens vivent dans les appartements inhabités la journée ou la nuit à l’insu des propriétaires des lieux qui ne s’aperçoivent de rien.  Notre protagoniste principal découvrira au fur et à mesure toutes les lois qui peuvent exister dans ce milieu, c’est une guerre de territoire avec des codes et des actes à éviter. C’est sur cette toile de fond que se déroule ce manga qui pourrait rendre parano quelques-uns. La voix de ceux qui ont choisi de se taire est donc mis en avant d’une manière, qui j’imagine est fictive, je me questionne car tout est possible au Japon.

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubJ’ai découvert avec un train de retard un auteur venu à Angoulême en 2015, Atsushi Kaneko, en espérant qu’il revienne plus tard… En lisant son œuvre Wet Moon j’ai découvert un univers sombre à la manière des films noirs des années 50. Avec une influence Dick Tracy un peu plus trash, ce polar nous emmène loin dans l’esprit du protagoniste et on arrive vite à se perdre entre la réalité et ses pensées. Un effet voulu qui m’a posé beaucoup de problème dans la compréhension du manga, surtout à la fin que je n’ai toujours pas vraiment comprise. Je le dis en rougissant un peu mais il me faudra une relecture pour déchiffrer le final du manga. Une chose est sûr c’est que la richesse du contenu a rendu la lecture passionnante. N’étant pas un gros fan du genre « policier » je me suis pris tout de suite à l’histoire, le dessin m’a facilité la tâche car le style atypique de l’auteur est plus qu’alléchant.

Alléchant et surtout appétissant ce sont des termes qui rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubiraient comme un gant à Minuscule édité chez Komikku. En effet certains chapitres sont consacrés entre autre à la confection de mets et autres breuvages. J’ai légèrement salivé quand j’ai aperçu le limoncello sur les pages du manga. Quand on en a déjà bu, l’acidité du spiritueux vous revient immédiatement en bouche rien qu’à la prononciation du nom. A mi-chemin entre Arriety et les Chapardeurs et Les Mini Pouces, ce monde peuplé de petites créatures est envoilé d’une brume bienfaisante. Tel un conte de notre enfance on se plonge dans cette lecture avec empressement et suivre les aventures de Hakumei et Mikochi devient féérique. Lorsqu’en plus les dessins du manga sont de toutes beautés on ne peut qu’en tomber amoureux. C’est mon cas et c’est un de mes coups de cœur 2015. A lire sans modération.

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubOn change complètement de registre avec La Maison aux Insectes,  c’est un recueil d’histoires courtes du maître incontesté du manga d’horreur. Kazuo Umezu qui revient chez Le Lézard Noir après une brève tentative chez Glénat. L’éditeur a annoncé qu’il y aura d’autres titres du maître pour notre plus grande peur, c’est une bonne nouvelle quand on voit l’édition de ce recueil. Dans cet ouvrage Umezu rentre dans l’intimité des couples avec des histoires d’amour qui finissent souvent mal comme dirait les Rita Mitsouko. Plus que du gore ou de l’horreur à proprement parlé, la noirceur vient des peurs des protagonistes, l’aspect psychologique est ici la clé de la frayeur. Avec un style vintage Kazuo Umezu nous redonne un aperçu de ce quoi il est capable, bonne initiative de l’éditeur et on attend les autres titres.

C’est dans le pays Angoumoisin rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari club(Angoulême) que débute l’histoire de Saru, sur une ambiance d’apocalypse cette fresque mondiale nous dévoile une grande partie des mythes mondiaux représentants les forces du mal contre le bien. Des événements paranormaux avec le retour à la vie de personnages historiques et des disparitions de reliques religieuses, c’est comme cela que débute l’histoire. Elle va par la suite nous amener vers une jeune femme des plus banale. Un contraste voulu par l’auteur pour ajouter un peu de « normalité » dans ce récit fantastique. On voit bien que malgré les kilomètres qui séparent les peuples, les préoccupations et surtout les croyances sont sensiblement les mêmes, préserver l’équilibre bien/mal. Ce voyage à travers les pays est merveilleusement dessiné par Daisuke Igarashi et la quête métaphysique de nos héros nous plonge directement tour à tour dans l’espoir puis le désespoir.  Ce puzzle se construit tout au long des 450 pages que comporte le manga. On pourrait juste regretter une fin à l’emporte-pièce, elle arrive un peu vite et mériterait d’être un peu plus développée.

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari clubLe meilleur pour la fin, Area 51, ce manga est pour moi la révélation 2015 ! Ce titre regroupe un florilège d’éléments lui conférant des qualités indiscutables. Un dessin atypique pour du manga inspiré directement du grand Franck Miller pour une touche graphique unique (jeu de clair obscure). Une histoire qui se construit doucement au fil de tomes, elle est composée d’histoires indépendantes les unes des autres mais le fil conducteur est présent pour lier le tout. On sent que le scénario est maîtrisé dans les grandes lignes. Le référentiel monstrueux de mythes et de créatures présent dans l’œuvre est plus qu’intéressant, il peut allègrement nous servir d’encyclopédie tellement il est riche. Masato Hisa nous envoie une série de droites gauches crochets directement au visage avec ce titre. Casterman SAKKA a eu le nez fin avec ce petit chef-d’œuvre.

 

Voilà, l’année se finit pour moi et j’espère vraiment prendre autant de plaisir en 2016 qu’en 2015, vu les annonces diverses des maisons d’édition ça a l’air bien parti pour notre plus grand bonheur ! Au revoir et à bientôt !

L’Otaku Poitevin

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari club

La Musique de Marie

rétrospective manga top area 51 saru la maison aux insectes minuscules wet moon sangsues la musique de marie sunny solanin prisonnier riku colère nucléaire ladyboy VS yakuza mindgame litchi hikari club

Pour le plaisir des yeux, Minuscule

Retrouvez-nous sur :

 

facebook critique manga Twitter critique mangaPinterest mangalerie

6 réflexions au sujet de « Mes découvertes mangas 2015, le dessus du panier »

  1. Que des trucs que j’adore dans tes découvertes, mention spéciale à Solanin, Litchi Hikari Club et Wet Moon qui resteront dans mon top 10 pour encore longtemps !
    Je te souhaite plein d’excellentes découvertes pour 2016, en espérant que tu puisses mettre un pied dans l’univers poétique de Kazuo Kamimura (il y a l’intégrale de Fleuve Shinano pour à peine 15€ sur Black Bones).

    Et merci d’avoir partager mon article !

    • Merci pour ton commentaire !
      J’ai quelques lacunes sur des auteurs qui ont l’air incontournables, promis en 2016 je rattrape mon retard. Mais les trois que tu cites ont quelques choses de particuliers.Area 51 va marquer sa période aussi, ça j’en suis sur, il rallie les lecteurs de choses plus mainstream et les lecteurs plus « sélectifs » chose qui est rare.

  2. Ping : Mes envies livres | Pearltrees

  3. Chouette article, plein de petites bombes (avec un beau paragraphe sur Furuya, il mérite, il mérite).

    Contente de voir que l’on parle de LadyBoy, c’est du grand délire! ça faisait longtemps que je n’avais plus autant ri (depuis les débuts de Bleach, je crois. Oui, Bleach me fait rire, c’est ma comédie de coeur). C’est la bimbo chez les affreux, on frôle l’érotique grotesque. Elle est pas mal, cette collection WTF!, il faudra que je teste Le geek, sa blonde et l’assassin.

    Umezu l’angoissant, c’était mon premier de l’auteur et définitivement pas le dernier.

    Je retiens deux titres à lire, Sunny et Area51. Oui oui, je testerai.

    Quant à Sangsues, il est en route vers ma boite aux lettres.

  4. Ping : Critique – Solanin : Il était une fois la jeunesse – Hey World, What Happens ?

Commenter, c'est partager