Kaichou wa Maid-sama [Critique]

Usui TakumiTitre : Kaichou wa Maid-sama ! / Maid-sama !

Saison de diffusion : Printemps 2010

Genres : Comédie, romance, vie scolaire

Réalisateur : Sakurai Hiroaki

Épisodes : 26 + 01 OAV + 01 SP

Studio : J.C. Staff

 

Kaichou wa Maid-sama ! est un anime réalisé par Sakurai Hiroaki et produit par le studio J.C. Staff. Il a été adapté du manga éponyme écrit par Fujiwara Hiro comportant 18 tomes. Kaichou wa Maid-sama ! a gagné le prix du meilleur Shôjo lors des Japan Expo Awards 2011.

Synopsis

Ayuzawa Misaki est une jeune fille très occupée. Elle est la présidente des élèves de son lycée, anciennement lycée pour garçons, la journée et le soir, vêtue d’un uniforme de soubrette, elle travaille comme serveuse dans un Maid Café pour rembourser l’énorme dette que son père a laissé derrière lui. Cependant, Misaki tient à garder son travail secret pensant que cela nuirait à son autorité en tant que présidente des élèves auprès des garçons qu’elle terrorise en leur imposant des règles strictes pour les empêcher d’embêter les filles. Malheureusement, Usui Takumi, le garçon le plus populaire du lycée découvre par hasard son secret !

Critique

Un scénario pas assez développé
L’intrigue de l’anime repose principalement sur le secret de Misaki et que personne ne doit découvrir. Cependant, ce secret sera révélé dans les premiers épisodes. Cette première intrigue sera remplacée par une intrigue de second plan, celle d’attirer des nouvelles étudiantes et d’augmenter la réputation du lycée Seika. Le scénario de base est alors vite balayé pour laisser place à la romance entre nos deux protagonistes Misaki & Usui. On suit alors ces deux personnages au quotidien dans divers lieux mais principalement au Maid Latte et au lycée Seika. Il y a également des épisodes qui font office de « hors-série » ou de pause et ça casse la dynamique de l’anime. La plupart des scénarios des épisodes sont tirés par les cheveux. Prenons par exemple l’épisode du voyage scolaire, qui est totalement incompréhensible. Ils sont logés par des hommes religieux et les élèves masculins doivent aider aux tâches ménagères pendant leur séjour. Jusque-là, rien d’anormal sauf qu’après quelques jours les garçons sont soudainement en rut. Vous avez bien lu, j’ai dit en rut. Ils veulent sauter sur n’importe quelle fille qui bouge parce qu’ils en ont marre d’être traités si sévèrement. C’est alors que les professeurs décident de cacher les demoiselles dans un autre bâtiment et d’enfermer les garçons. Sauf, qu’ils arrivent à s’échapper et se dirigent tous, comme une meute de loups affamés, vers le groupe des filles. C’est ainsi que Super-Usui et Super-Misaki arrivent à la rescousse de ces gentes demoiselles et lattent toutes personnes essayant de s’approcher trop prêt de la bâtisse. Euh ? … Oui ? Quel est l’intérêt de cet épisode ? J’ai besoin d’explication ! Mise à part ces quelques écarts, l’anime est regardable ; mais pour moi, c’est loin d’être une véritable, pure, belle, histoire d’amour.

Maid-sama

Misaki & Usui

Des personnages trop stéréotypés
Les deux personnages principaux Misaki et Usui sont des personnages stéréotypés, c’est à dire qu’ils sont près de la perfection autant au niveau capacité physique que mentale. Misaki et Usui pratiquent des sports de combat, n’ont peur de rien, font partie des meilleurs élèves du lycée, ils n’ont visiblement aucun défaut. Ils sont considérés comme des super-héros par leurs camarades. On retrouve un peu ce style de personnages dans l’anime / manga Special A où quasiment tous les personnages sont « parfaits » que ce soit en sport ou dans les études. Prenons par exemple, la fois où des garçons se disputent dans la cour de l’école ; il y a évidemment beaucoup de monde pour les arrêter mais personne ne bouge le petit doigt (mais ils regardent tous la scène), et là, nous avons les deux amies de Misaki qui ont couru pour aller la chercher pour qu’elle puisse arrêter cette dispute. N’y a-t-il qu’elle qui puisse faire ça ? Toutes les personnes présentes ne font rien ? Admettons. Mais si on y regarde de plus près, on s’aperçoit qu’Usui n’est pas si parfait que ça. Dès les premiers épisodes, il s’impose comme étant un stalker, un homme qui suit une femme n’importe où sauf qu’en réalité, être un stalker n’a rien de bienveillant. Même si c’est un beau jeune homme, qui aimerait se faire suivre dans la rue par un (quasi) inconnu ? De plus, il n’hésite pas à toucher Misaki à des endroits plus que provoquant et à lui avouer plusieurs fois ses sentiments alors que la jeune fille le repousse. Après maintes et maintes tentatives de la part de Usui, on se doute bien de la fin de l’anime. Il n’a pas eu cette attitude uniquement avec Misaki mais aussi avec une autre personne, en l’occurrence un garçon, et cela un stade au-dessus. Usui n’a pas de limites en tant que harceleur ! Une relation harceleur-victime s’instaure et c’est une image que véhicule l’anime que très peu ont remarqué dû à l’éblouissement provoqué par Usui chez ses fans. Finalement, Misaki descend de sa position de femme forte pour atteindre la position de « jouet » pour le jeune homme. La romance entre les deux personnages n’est pas très développée car il ne se passe rien entre eux pendant plus des trois quarts de l’anime. Quant aux personnages secondaires, ils portent vraiment bien leurs noms. La plupart n’est là que pour combler les trous ; le personnage secondaire le plus développé est Aoi. On apprend beaucoup sur lui, son passé, son passe-temps, ses problèmes. Alors que pour les autres personnages, c’est de la pure décoration (un peu comme les arrière-plans Haha …).

Des graphismes bâclés
Les graphismes concernant les personnages et leurs environnements proches sont bien réalisés cependant on a des arrière-plans fixes qui ressemble plus à de la peinture qu’à de l’animation. Ce qui donne l’impression d’un travail bâclé. Aussi, les scènes se passent quasiment toujours aux mêmes endroits, on a donc droit à du recyclage de décors voire même plus du tout (Fond coloré avec motifs). Le graphisme SD est souvent utilisé et donne un petit côté humoristique aux personnages. Il est surtout utilisé pour Usui et les trois idiots.

Maid-sama

Usui & Misaki en SD

Des Opening / Ending qui collent à l’histoire
Je dois l’avouer, cela doit être un des seuls points positifs que j’ai retenu de cet anime. L’Opening colle parfaitement au fait que Misaki garde un secret. Pour le premier Ending, il colle lui aussi aux personnages. On peut dire qu’il parle de Usui car on a l’impression qu’il cache quelque chose depuis le début mais c’est aussi le cas pour Misaki. Cet Ending entraînant est donc une description de nos deux protagonistes. Le deuxième Ending reflète la souffrance de Usui étant plus jeune et qu’il essaie de vivre avec à présent.

En conclusion
Kaichou wa Maid-sama ! est le genre d’anime qui plait ou ne plait pas. C’est un tout ou rien et pour moi ça a été rien. L’intrigue principale n’a duré que deux ou trois épisodes. Les deux protagonistes étaient trop « parfaits » et les autres inutiles. Les graphismes sont moyens au niveau des arrière-plans. Même si il y avait quelques passages amusants, surtout dus aux trois idiots (Ikkun, Shiroyan & Kurotatsu). Je me suis principalement ennuyée ; je ne ressentais pas cette émotion que je ressens d’habitude quand je regarde une histoire d’amour ; je n’avais pas cette envie de les voir à tout prix ensemble. Kaichou wa Maid-sama ! a su trouver son public mais n’a pas su me trouver.

© Kuchiha

Retrouvez-nous sur :

 

facebook critique manga Twitter critique mangaPinterest mangalerie

Une réflexion au sujet de « Kaichou wa Maid-sama [Critique] »

Commenter, c'est partager