Platinum End : Le duo Ohba/Obata tombe à plat ?

couverture Platinum End

Platinum End – Kaze Manga – 2016

 

Auteur : Tsugumi Ohba

Dessinateur : Takeshi Obata

Editeur : Kaze

Après les succès Death Note et Bakuman, le plus célèbre duo du Jump revient avec Platinum End, un thriller fantastique (en un seul terme, je ne dis pas que le titre est fantastique ;)), genre dans lequel ils avaient excellé (là on parle de Death Note). Débuté en Novembre de l’année dernière, Platinum End en est déjà à son second volume et est disponible en simultrad sur Iznéo. Il n’est donc pas question de « critique » aujourd’hui mais d’un premier ressentie suite à ma lecture des deux tomes paru en France (par Kazé).

De quoi ça parle :

Mirai Kakeashi viens d’être diplômé du Collège, cependant la joie n’est pas là. Orphelin depuis son enfance, il vit chez son oncle et sa tante qui le traitent comme un esclave. Désespéré, Mirai décide de mettre fin à ses jours en sautant du haut d’un immeuble. C’est alors qu’il est rattraper par Nasse un ange qui en plus de lui avoir sauvé la vie, lui offre des ailes (pour voler) et des « flèches » permettant de soumettre ou de tuer n’importe qui. Pourquoi ces cadeaux ? Car, tout comme 12 autres personnes, il a été choisi pour candidater au poste de Dieu, dont le règne s’achève dans 999 jours. Et même si ce poste n’intéresse pas Mirai, les autres candidats n’ont pas l’intention de lui laisser du répit, or quel est le meilleur moyen d’éliminer la concurrence ? En la tuant.

Un scénario qui vole pas haut (un comble pour un ange).

Étant un grand fan du duo Ohba/Obata, j’ai commencé Platinum End les yeux fermés. Il faut dire que j’ai adoré Death Note. Comme beaucoup, c’était la première fois que je lisais quelque chose de cette trempe, à la fois dérangeant et captivant. Je me rappelle avoir été tenus en haleine des heures durant à la lecture de ce manga. Même si en prenant du recul, ça n’est pas si complexe et compliqué qu’il n’y parait (comme l’a si bien dit l’excellent duo de Monthly Manga Podcast, on a souvent affaire à du « jus de crâne » plus qu’autre chose), Death Note reste excellent tant grâce à son propos que par ses personnages tous plus charismatique les uns que les autres. (et Bakuman j’en parle pas, c’est juste une de mes série préféré).

page 01 platinum end

Arrivé de Nasse

J’avais donc de grands espoirs quant à cette nouvelle série mais je dois avouer que ça a été la douche froide.

Le scénario c’est donc douze personnes avec des pouvoirs qui vont s’affronter de gré ou de force … soit à peu près le postulat de 80% des Survival Game. Vous savez ces histoires où des gamins sont enfermés et doivent faire des trucs débiles pour survivre (si ça vous parle pas, prenez un manga au hasard chez Ki-oon, vous avez une chance sur deux que ça en soit un 🙊). Eh bien ! Platinum End n’est autre qu’un énième manga du genre. En soit ce n’est pas un défaut sauf que ça fait quelques années qu’on bouffe que ça et on commence à caler. Du coup on s’attend à ce que les personnages mettent en place des plans et des tactique pour s’attraper les uns les autres, comme le duo Light/L de Death Note, mais non, on se retrouve avec de simple face à face où chacun doit juste éviter de se faire toucher par la flèche magique de l’adversaire. Pour vous dire après deux tome, le plans le plus complexe est #spoiler# : que le méchant a utilisé ses ailes lui permettant de volé à une vitesse supersonique pour échanger sa place avec un sosie et éviter de se faire attraper. #spoiler#. On a vu plus tordu comme plan.

Et histoire d’être encore plus banal, on a aussi droit à des super-héros. En effet, grâce à leur pouvoir, certains candidats ont décidé de rendre la justice. L’idée est pourrait être intéressante mais le sujet est traité de manière très banal et une fois de plus ce n’est pas comme si on bouffait du superhéros depuis un moment (et qu’il y avait déjà un manga qui cartonnait s’appelant My HERO Academia 😒).

Je caricature un petit peu mais c’est fou de voir à quelle point la série semble être bêtement calibrée et construite pour plaire au plus grand nombre, à croire que la réunion entre les auteurs et leur l’éditeur c’était :

Éditeur : Bon j’ai une nouvelle idée de série pour vous !

Auteurs : Ah bon ?!

E : Oui, vous allez me faire un survival game. Ça cartonne, on en vend des des tonnes, le scénario est toujours le même mais tout le monde en redemande

A :  …D’accord

E : Ah et vous mettrez des super-héros aussi !

A : OK, pourquoi pas.

E : Et puis les gens il avait bien aimé Death Note, refaite un truc dans le même genre, vous avez qu’à changer 2-3 détails. Tient, au lieu des anges de la mort, faites des anges de l’amour. VENDU !

A : ¯\_(ツ)_/¯

Mais on le sait, ce qui fait fait la force d’une bonne histoire, c’est avant tout ses personnages. Et ça Ohba il sait faire. Donc tout est réglé ? On imagine que bien que simpliste, l’histoire est porté par des personne ultra charismatique ?… Malheureusement non. Mirai à le charisme d’une huitre et autant de volonté que moi pendant mes partiels (c’est-à-dire zéro). Il n’a pas spécialement envie de participer à ce jeu, et se laisse donc ballotter par les évènements. Les personnages secondaires ne sont pas très nombreux (pour le moment) et ne brillent pas non plus. On a le droit à « la fille dont est amoureux le héros » et au méchant dans son costume de Power Ranger qui a décidé de tuer tout le monde. On a déjà vu mieux.

page Platinum end

On quand même de belle scène d’effroi, merci Obata

Il est où l’ado psychopathe qui décime des dizaines de prisonnier dès le premier chapitre pour mettre en place son plan de purification de la société ? Alors certains diront qu’il faut arrêter de comparer ces deux séries et qu’il faut prendre Platinum End pour ce qu’il est mais c’est impossible. Quand on lit une œuvre, on est obligé de la mettre en relief avec les œuvres précédentes pour comprendre l’évolution de l’auteur, comprendre son cheminement. Le problème c’est que là on a plutôt affaire à une régression (c’est aussi pour ça que je déteste Luc Besson, comment le mec il passe de Léon à Adèle Blanc Sec ? Désolé pour la digression). Après, on n’a pas tous les détails, Ohba n’a peut-être plus la même envie et puis ce n’est que le deuxième tomes et peut être que la série nous surprendra par la suite (je l’espère).

Heureusement, Obata est là !

Si le scénario est en deçà de ce qu’on pouvait attendre, il n’en est rien du dessin. Obata prouve encore son talent avec des planches de toute beauté. Le trait est fin et précis comme toujours. Obata rend à la perfection les émotions des personnages. De plus, certains personnages pouvant voler, on a droit à des plans aériens assez spectaculaires.

page Platinum End

Ce genre de plans fonctionne plutôt bien

Mais la principale trouvaille du dessinateur est sa manière de représenter les anges. Alors que les humains sont dessinés de manière classique, avec des trames et des noirs profonds, les anges ont des traits très fins et hormis quelques trames très claires, sont totalement blancs. De plus le décor n’est jamais dessiné autour d’eux. Tous ces éléments permettent d’appuyer visuellement l’aspect divin et étranger des anges. Les « flèches » et les auréoles sont ajouter numériquement ce qui crée un décalage avec le dessin mais souligne le côté magique de ces éléments. De ce côté il n’y a rien à redire, Obata nous livre ici un très beau travail.

Je suis donc pour le moment assez déçu par Platinum End, même si c’est un régal pour les yeux. Malgré tout, je pense continuer cette série, au moins jusqu’au prochain tome ; le cliffhanger du dernier volume a su attiser ma curiosité à la perfection. J’espère donc être surpris par la suite et je serais le premier ravis de revoir mon jugement. Si vous aimez bien le genre et cherchez un titre pas prise de tête, je vous conseillerez d’y jeter un œil, qui sait, ça pourrait vous plaire (et vous pouvez toujours acheter les chapitres à l’unité). Si vous n’avez pas lu Death Note, allez le lire ! (ou regardez l’anime, il est dispo sur Netflix). Enfin si par contre vous avez déjà lu Platinum End et avez aimé, dites-moi pourquoi, j’aimerais comprendre.

À la prochaine !

Joystikman

4 réflexions au sujet de « Platinum End : Le duo Ohba/Obata tombe à plat ? »

  1. Ironiquement, ça ressemble beaucoup aux pires idées de manga évoquées dans Bakuman.
    Je suis d’ailleurs pas d’accord sur un point avec ce (chouette) article : c’est sur la capacité du Duo à faire de bons personnages. Je serais incapable de citer un personnages d’Oba et Obata qui a plus de deux traits de caractères. Leurs histoires fonctionnent bien, mais les personnages n’ont aucune complexité. Light est exactement la même personne pendant tout Death Note, les héros de Bakuman ont exactement le même but et les mêmes réactions du début à la fin, et les personnages secondaires sont des NPC complètement linéaires. Ces persos sont charismatiques, certes, mais c’est tout. Beaucoup de largeur et aucune profondeur, amha.
    Y’a un côté esbroufe du fait que ce soit verbeux et que les intrigues soient tortueuses, mais je crois que ça masque aussi le fait que les personnages sont avant tout des fonctions pour servir ces intrigues plus que des caractères véritablement travaillés. C’est pas un parti pris idiot du tout d’ailleurs (les personnages de Dragon Ball sont pas complexes non plus, c’est pas pour ça que ça en fait un mauvais shonen), je trouve juste qu’il y a beaucoup d’esbroufe dans leurs travaux.

    (bon après Platinum End c’est de la merde, on est d’accord.)

    • Oui ça ressemble pas mal au dernier manga qu’ils font dans Bakuman.
      Sinon je suis d’accord avec toi, avec Ohba, c’est pas mal de blabla mais bien enrobé et c’est justement ce qui pose problème avec Platinum End, c’est que l’univers et les perso sont nul.

  2. En voyant ça je me suis de suite dit que c’était comme le dernier manga de bakuman x). J’ai été lire quelques chapitres en ligne et… bah… bof bof… L’histoire sort de nulle part et y a pas vraiment d’enjeu intéressant, le personnage principal est à son image, dépressif et ennuyeux. L’ange ça a l’air d’être un robot sans conscience, assez stupide qui ne connait rien à l’humanité alors même qu’il la côtoie depuis une éternité, etc.

    Je ne conseille pas ce manga, surtout si vous aviez aimé Death Note et Bakuman, inintéressant :s

  3. Ping : gay dating

Commenter, c'est partager