Interview Alan Heller, Lost Sahara + speed drawing

Interview Alan Heller, auteur de Lost Sahara

 

  Lost Sahara Alan Heller Ankama manga françaisAlan Heller, peux-tu te présenter rapidement pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

J’ai 27 ans, je suis originaire des Ardennes, j’habite actuellement en région parisienne et je suis donc l’auteur de Lost Sahara.

Nous ferais tu un petit teaser de ton manga Lost Sahara ?

Ok en 3 mots, c’est l’histoire de John B. Cookie, un détective privé immortel qui perd sa mémoire tous les sept jours. Il se retrouve embarqué dans une grande aventure au milieu du désert à devoir retrouver sa mémoire en compagnie de plusieurs autres détectives qui veulent également retrouver la mémoire de Cookie. Et voilà pour faire court, ça va être la guerre.

 

Etes-vous autodidacte ou avez-vous vous suivi un cursus particulier ?

Je suis complètement autodidacte !

Vous avez quand même des notions techniques…

Oui tout à fait, forcément il faut les avoir ces techniques et ça passe par des recherches, j’ai donc dû faire ces dernières par moi-même. Et les techniques que j’ai apprises en cherchant seul sont les mêmes qu’on étudie dans les écoles, au final on peut dire que je suis autodidacte mais j’ai quand même étudié.

Les rencontres que vous avez pu faire aussi, vous ont peut être aidé ?

Oui, c’est exact, avec les conseils que peuvent nous donner les auteurs, ou quand on se confronte à l’avis des lecteurs ou des d’autres dessinateurs sur des forums ou ce genre de choses. Il y a toujours quelqu’un pour donner un avis, une direction, parfois c’est utile et il faut savoir s’en servir.

En parlant d’avis, je pu constater que vous êtes assez investi dans la distribution de conseils, vous avez le contact facile.

Oui, c’est ça qui est intéressant, de rencontrer des gens, le partage autour du dessin ou même de raconter des histoires, je ne vois pas pourquoi je n’en donnerais pas, on m’en a donné plein pour être édité, alors moi aussi je partage ce que je peux et ce que je sais pour l‘instant.

Lost Sahara Alan Heller Ankama manga français

En tout cas on voit que le partage avec les gens vous tient à cœur.

C’est ce que je sais faire de mieux, en fait je ne sais faire que ça donc je n’hésite pas.

Une question plus tournée vers l’édition, comment s’est passée l’accroche avec Ankama ?

J’ai envoyé des dossiers, j’en ai fait deux différents, la première fois ça n’a abouti à rien. Le deuxième comprenait le scénario de Lost Sahara, et du coup au début ça ne les intéressait pas trop. Au final vu que c’était un projet qui me plaisait beaucoup, j’ai décidé de faire comme si j’étais édité. J’ai donc commencé à le publier sur internet avec un peu de financement participatif pour ceux qui voulaient m’aider à l’époque. En parallèle dès qu’un chapitre était fini je l’envoyais aussi à Ankama. A un moment ils m’ont dit ça les intéressait, qu’il fallait qu’on se rencontre à Japan expo, c’était en 2014, là ils m’ont dit vouloir travailler avec moi et voilà ou on en est.

Qu’à Ankama ou également aux autres éditeurs ?

Non, j’ai envoyé à tout le monde, c’est le truc à faire pour multiplier les chances il faut que tout le monde le voient. Ce serait bête de retenir un projet et c’est mieux pour l’auteur aussi s’il a besoin de négocier avec d’autres maison d’éditions si jamais plusieurs étaient intéressées. Ça rajoute du poids sur la balance en cas de négociations de dire que un tel me propose tant et ainsi faire monter les enchères.

Est-ce que tes affinités, tes goûts en matière de lectures auraient pu t’orienter vers un éditeur plus qu’un autre ? Par exemple Kana plus qu’un autre ?

Là c’est différent, Kana fait plus dans l’achat de licences, c’est-à-dire ils traduisent et ils mettent dans les étales plus que dans la création de titres originaux. Il y a bien Save me Pythie par Elsa Brants et sûrement d’autres arriveront. Donc sur un choix de maisons d’éditions ça pourrait avoir du sens de préférer travailler avec une maison d’édition qui a une culture de la création d’œuvres, pour être édité avec tel ou tel auteur.

Et puis ce serait un peu du luxe de vouloir choisir son éditeur sur un premier tome…

Si l’auteur peut se le permettre pourquoi pas ?!

Ils ont accepté que vous ayez un assistant ? J’ai vu que Mister box vous a secondé pour ce premier tome.

Oui, Mister Box que je salue au passage. En fait ils n’ont pas forcément accepté, je n’ai pas eu le choix, j’étais en retard dans la production et il m’a gracieusement donné un coup de main, il m’a sauvé la vie en m’aidant pour la fin du tome. Je n’ai pas pu le rémunérer encore, et c’est aussi pour ça que je n’en prends pas car c’est un travail ingrat et je ne peux pas le rémunérer décemment.

La question de l’assistanat dans le manga français est encore compliquée si je comprends bien ?

Si un éditeur a les moyens de donner un bon forfait pour un tome (les éditeurs peuvent payer un forfait par tome, tant d’argent pour un tome) ou un bon contrat tant mieux et s’ils peuvent prendre en charge des assistants en plus alors là tant mieux. Ça dépend de l’éditeur s’il a du pognon ou pas (rire).

Mister box , on a beaucoup aimé son One shot sur le tremplin Ki-oon l’année dernière, c’était un de nos favori.

 Il est arrivé deuxième quand même c’est bien !

Lost Sahara Alan Heller Ankama manga françaisEst-ce que tu t’es inspiré de quelqu’un pour tes personnages ?

Bien sûr, Cookie c’est un peu moi, Lady G.Rotwang c’est Lady Gaga, Minogue c’est Minogue la chanteuse. Après il y a des personnages inspirés de personnes que j’ai pu croiser ou connaître. Les fictions sont des reflets de la réalité c’est donc logique de s’en inspirer.

A quel genre appartient Lost Sahara ? Polar, comique ?

Pour moi c’est clairement de l’aventure, action/aventure avec un coté mystère mais là c’est l’intrigue qui veut ça c’est normal l’histoire doit tenir en haleine. Mais oui c’est de l’aventure avec du comique parce que c’est avec ça que ça passe le mieux.

L’histoire est-elle finie ? Ou y a-t-il une part d’improvisation ?

L’écriture du scénario est finie, je sais ce que je vais mettre dedans, je connais l’évolution de mon personnage. Je sais ce que je veux raconter. Après, il y a toujours un peu de place pour remplir un tome, si des fois il y a un trou je peux rajouter ça et de fil en aiguille on pense à des choses qui enrichissent le récit ou même le thème qu’on a choisi et ça permet de rendre le tome encore meilleur. Donc un peu d’improvisation avec le scénario déjà écrit c’est parfait.

Le deuxième tome sortira-t-il en 2016 ?

Oui ! C’est prévu pour Octobre 2016, la date n’est pas encore officielle mais on travaille pour Octobre 2016.

Un grand merci pour tes réponses.

De rien merci à toi.

L’interview a eu lieu dans la librairie Cosmopolite à Angoulême pendant le Festival International de la Bande Dessinée. Alan Heller n’était pas invité par Ankama directement mais par Manga-ink partenaire de mangalerie, il proposait dans la librairie des séances de dédicaces et de démonstrations de dessin sur un nouveau papier Clairefontaine distribué par Manga-ink. Le fait qu’il ne soit pas sur le stand Ankama lui a permis d’être plus disponible pour les personnes et l’a épargné des contraintes protocolaires, au final il semblait ravi de cette expérience « Angoulême ». Pour rappelle la série comprendra trois tomes au final et on s’attend à de belles choses avec ce manga.

On vous laisse avec un speed drawing de Alan Heller prit pendant le festival, on peut observer son coup de crayon avec cette vidéo, bon visionnage.

L’Otaku Poitevin

Une réflexion au sujet de « Interview Alan Heller, Lost Sahara + speed drawing »

  1. Ping : gay dating sites houston

Commenter, c'est partager