Berserk un manga clair obscure !

Titre : BerserkBerserk Kentaro Miura manga Guts Griffith

Auteur : Kentaro Miura

Genre : SeÏnen, dark fantasy, horreur, médieval

Date de parution : 1989, en cours.

Nombre de tomes sortis : 37 tomes

Editeur : Glénat

 

 

L’histoire :

Nous suivons le parcours de Guts, un personnage torturé quiBerserk Kentaro Miura manga Guts Griffith a un lugubre destin. En effet, retrouvé dès sa naissance parmi le cadavre de sa mère par un mercenaire du nom de Gambino son enfance sera rude et c’est peu de le dire. Celui-ci le formera au maniement de l’épée avec un entrainement quotidien plus prévu pour les adultes aguerris que pour un enfant et l’enverra sur les champs de bataille dès son plus jeune âge. Après certains événements,  Guts devra s’enfuir et poursuivra sa route seul sans son maître qui le traita plus comme un objet, que comme un être humain (prostitution etc). Arriva un jour où lors d’une rixe il fera la connaissance de Griffith, il est le chef d’un groupe de mercenaires appelé la troupe du faucon. Une sorte de lien très particulier se créera entre eux. En effet Griffith étant la première personne à vaincre Guts, un mélange de rivalité et de fascination s’installera et leurs chemins, Berserk Kentaro Miura manga Guts Griffithleurs destinés seront liés pour un certains temps. Guts suivra Griffith de très près pendant longtemps et nous assisterons à l’ascension du chef des faucons (le nom de l’armée de Griffith) jusqu’au jour où tout basculera dans l’ombre, la folie, la barbarie. Dès ce moment appelé l’éclipse, le manga prendra une tournure nettement plus « fantastique » qu’à la base, même si ce côté fantastique est présent pendant les trois premiers tomes avant un long flash back. L’apparition de fées, de démons et des cinq gods hands refera plonger Berserk dans le dark fantaisy puissance dix ! Guts sera maudit et devra se battre tous les jours contre les forces obscures, rendant cette deuxième partie du manga encore plus édifiante.

Berserk Kentaro Miura manga Guts Griffith

Amour Gloire et Beauté !

Berserk Kentaro Miura manga Guts GriffithJe voudrai préciser pour commencer que cette lecture risque de spoiler une partie de l’oeuvre. Sans rentrer dans tous les détails, j’essaierai de pointer du doigt les éléments qui m’ont semblés importants dans Berserk. Tout d’abords, Berserk rentre dans le domaine du dark fantasy, c’est-à-dire, un univers qui « pourrait » ressembler à celui du seigneur des anneaux, mais en version plus gore, plus sombre. Car oui, ce manga n’est pas à mettre entre toutes les mains, et est destiné à un publique averti ! Plusieurs thèmes y sont abordés, violence, religion, manigances pour arriver au pouvoir, l’âme humaine est aussi disséquée dans cette oeuvre.

Et Tuerie…

Berserk Kentaro Miura manga Guts GriffithCommençons par la violence. Les scènes de combats sont détaillées, on y retrouve tout ce que cela peut impliquer sur un champ de bataille. Etant dans un univers dark fantasy, la comparaison avec les guerres moyenâgeuses est flagrante. Corps tranchés en deux, têtes coupées, membres arrachés…. La barbarie  est bien retranscrite au fil des planches, qui sont tout bonnement magnifiques ! La qualité du dessin est indéniable et le style du maître est souvent cité en exemple lorsqu’on parle de dessin maîtrisé. La violence n’est pas uniquement présente lors des guerres, on peut aussi y retrouver quelques scènes de viol, cela fait parti du monde de Berserk, et n’entache en rien cette oeuvre. Cela a été une réalité dans une ancienne époque, et l’est encore de nos jours dans certains pays en guerre, car ces faits sont très présents dans les moments où les peuples sont plus vulnérables. Cela démontre bien la cruauté des hommes et pendant ces périodes, ils font preuve d’actes qui n’arriveraient certainement pas en temps de paix (vols, viols, meurtres…). Cela montre un côté bien obscure de l’âme humaine. Un tel changement dans le comportement des populations est certainement dû aux pertes de repères et à l’instinct de survie de l’Homme. les peuples « soumis » par les forces guerrières envahissantes paient les pots cassés pendant les guerres c’est bien connu. La violence dans Berserk n’est pas que physique, les relations de dominations parfois pourraient être perçues comme une certaine forme de violence. Quand on est obligé de se soumettre devant quelqu’un de puissant, on ne peut que se faire violence, surtout pour Guts qui a une fierté hors norme. Elle est donc aussi autant psychique que physique. D’autres images peuvent choquer aussi, voir des peuples souffrir de la faim et de la pauvreté la plus extrême est cruel, les notables mangent à leur faim, les autres non…

Berserk Kentaro Miura manga Guts GriffithLa religion y est beaucoup présente, par exemple avec le personnage de mozguz, qui chasse les hérétiques, tout en les torturant, sans jugement et sous le couvert du nom d’un dieu. Cela ne vous ne vous rappelle rien ? La chasse aux sorcières fût longtemps pour la chrétienté un mot d’ordre pour asseoir sa place de dictature religieuse. Les religions restent présentent dans beaucoup de conflits aujourd’hui encore, ce n’est pas réservé au passé malheureusement. Les cinq Gods Hands, rien que par leur nom renvoient directement à une religion ou à une force supérieure. Ces entités sont des divinités qui possèdent des pouvoirs qui dépassent l’entendement. Les scènes que nous dessine Miura sont des paysages d’apocalypses, on les croirait tout droit sorti de gravures anciennes et une sorte de dimension bibliques s’en dégage. Je reste persuadé

Berserk Kentaro Miura manga Guts Griffith

Une référence à Eisher un artiste génial.

par le fait que certaines scènes sont directement inspirées par des toiles, gravures ou icônes anciennes, si je trouve le temps et la motivation je ferai des recherches sur ce sujet. D’autres croyances sont également présentent dans Berserk, les fées et autres créatures magiques. Elles font références à des croyances non cataloguées comme étant des religions, mais tous ces éléments ésotériques pourraient être appelés « une religion » si l’on conçoit que le fait de croire à des force supérieur (dieux) pour les plus grandes, (la nature ou les objets) pour les animistes etc, suffit pour en devenir une.

 

Et manipulations…

Berserk Kentaro Miura manga Guts GriffithAutre point à relever, la lutte pour le pouvoir. En effet, nous y voyons une noblesse qui use de coups bas pour arriver à leurs fins dans le manga, tout comme dans le fameux Game of thrones. Griffith lui-même se servira de Guts ainsi que d’autres personnes, pour commettre des crimes dans l’ombre au sein de cette même noblesse, toujours avec un fond de manipulation et de vengeance. Tout n’est que politique, et des anciens ennemis, avec un peu de lavage de cerveau, deviendront des alliés comme le secrétaire Foss. Les jeux de séduction sont présents et rajoutent un côté encore plus malsain à l’oeuvre. Lorsque les pots aux roses sont découverts, il peut y avoir des dégâts dans les égos. Voilà pour les grands traits, mais la manipulation est au centre de Berserk pendant une bonne partie du manga et se trouve être révélatrice de ce qu’il peut y avoir dans les méandres de la politique moderne.

L’Humain, un être complexe

Berserk aborde beaucoup de thèmes qu’on a pu évoquer jusqu’àBerserk Kentaro Miura manga Guts Griffith maintenant. Revenons sur un thème, qui est celui de l’humain avec un grand H. Chacun de nous a un côté sombre, et cela est bien illustré dans cette oeuvre. Entre les crimes odieux, les viols quand un ennemi envahit un autre pays et aussi la barbarie des batailles. Mais aussi Griffith qui usera de tous les moyens pour arriver à ses fins, on peut observer de manière très claire, le côté obscure de l’humain. Guts quant à lui n’est pas en reste. Une bête sommeille en lui et parfois sa face sombre resurgit. Lors de certaines batailles, il est en trans, découpant à tour de bras faisant couler le sang à flots. Nous avons juste évoqué les gods hand, finalement qui sont-ils au juste ? Des Dieux ? Ou bien la partie la plus noir que peut révéler l’humanité ? Se poser ces questions est légitime, ils arrivent comme un cheveu sur la soupe et déclenchent dans l’histoire une tournure qu’on n’aurait pas pu deviner. Le chef des Faucons Griffith représente parfaitement ce paradoxe « Clair Obscure ». Il est visuellement étincelant, les cheveux blanc/argentés, son armure scintillante et son visage d’une finesse rare. Sous cette belle apparence se cache un désir des plus perfide et sombre. Usant de tous les stratagèmes pour assouvir ses ambitions, il est vraiment le personnage le plus antinomique de Berserk.

Berserk, sombre mais plein d’espoir

Parmi cette quantité non négligeable d’hémoglobine, de stupre,Berserk Kentaro Miura manga Guts Griffith de félonie, d’injustice etc, on peut admettre que le tableau est déjà bien noirci mais il y a une petite lueur d’espoir. Est’ce une totale interprétation de ma part ou un message de l’auteur ? Je ne sais pas mais en regardant le protagoniste principal de Berserk, surtout son évolution. On peut constater une amélioration de sa personne, lui qui était parti pour n’être qu’un tueur sanguinaire, il accepte la compagnie d’autres personnes, mieux encore il accepte de l’aide ! C’est clairement une évolution dans sa personne, derrière cette grosse masse noire se trouve une masse lumineuse, à l’instar d’une éclipse, derrière la lune se trouve le soleil, comme si derrière sa capacité à tuer se cachait une capacité à aimer. En rapportant cela à l’Homme avec un grand H encore, on peut en déduire que malgré le mal (plus ou moins important) présent en soi, il y a une part de bonté intrinsèque.

L’art et la manière de dessiner des monstres

Berserk Kentaro Miura manga Guts GriffithJe voulais insister également sur un élément typique du dessin de Miura, sa façon de dessiner des monstres. L’auteur doit avoir une véritable passion pour le grotesque, car ses créatures monstrueuses sont réalisées dans l’excès. Ils sont surdimensionnés, gras, gros, gris (pardon c’est sorti tout seul), leurs formes sont aberrantes et leur comportement exubérant, on sent qu’il a recherché le pire du pire en les réalisant. Ce graphisme qui devient si typique du maître se ressent aussi dans une autre de ses oeuvres Gigantomachia. Ces créatures présentent dans le manga, révèlent malgré tout un certain esthétisme. Miura s’applique tellement à leur donner vie qu’une certaine beauté monstrueuse en ressort. Faire du beau avec du laid (tout comme Shintaro Kago), faire un beau dessin d’un monstre repoussant, trouver la beauté alors qu’il n’y en a pas en apparence, cette démarche un peu tirée par les cheveux je vous l’accorde reste fascinante et je me délecte d’admirer ses créations ! Ce qui peut également accentuer cette monstruosité, c’est cette ressemblance avec l’être humain.

Conclusion :

Le manga de Kentaro Miura est un pur chef-d’oeuvre de génie. D’une densité énorme, complexe, et qui remet en cause pas mal de sujets que l’on pourrait retranscrire dans notre monde passé et actuel comme l’accession au pouvoir, aux crimes de guerres, aux côtés sombres de l’homme… Quand vous le lisez, vous risquez de passer des nuits blanches, tant la noirceur de l’ouvrage est présente. Ses planches sont sublimes, et très détaillées. Ce pourquoi il met autant de temps à sortir un chapitre, car il préfère s’appliquer à créer son univers de la meilleure manière. En retour on n’est pas déçu de ce que l’on peut lire, tant au niveau du scénario, que des graphismes.

Berserk Kentaro Miura manga Guts Griffith

Tof et L’Otaku Poitevin

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Berserk un manga clair obscure ! »

  1. Tu as tout dit ! Comme tu le dis si bien c’est un chef-d’oeuvre de génie.
    Et comme je fais des commentaires constructifs, je pense que pfiouuuuu, ‘tain il est trop bien ce manga ! ;D Non en vrai, je ne vais pas faire long mais Miura est vraiment un bon artiste et un bon auteur. On comprend parfaitement le message qu’il veut passer sans trop réfléchir et pour ça, il mérite toutes les récompenses du monde.
    Par contre quelques fois il peut être trash, il y a une partie qui a failli me faire vomir, c’est le moment où Casca et Farnese ont découvert des trolls en train de violer des filles en masse. Juste en y pensant ça me met mal à l’aise. Je pense que cette scène restera gravée dans ma mémoire…

    Vivement la suite !

    • Ce genre de scènes sont faites exactement pour ça, enfin je pense. Créer un malaise chez le lecteur, créer différents sentiments que ce soit la joie ou la répulsion, quand l’auteur réussi c’est qu’il est bon 😉 !

Commenter, c'est partager